Press "Enter" to skip to content

Un réseau d’influenceurs à la rescousse des commerçants dans les Yvelines

Influenceurs. « La meilleure team d’influenceurs de la région! » Les commerces en France sont les premiers touchés par la crise du coronavirus. Certains, sont restés fermés une grande partie de l’année se tournant vers les ventes en ligne pour survivre. Certains créateurs ont décidé de leur venir en aide. Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, a appelé sa communauté à lui envoyer toutes les informations sur les entreprises qu’ils veulent soutenir. Elle poste ensuite leurs adresses en story et leur donne ainsi une belle visibilité auprès de ses 5 millions d’abonnés.

D’autres initiatives naissent petit à petit pour soutenir les commerçants. Carine Arasa, fondatrice de l’agence Papagayo Communication, a dévoilé le « club 78 ».  Ce projet « a vu le jour à la fin du premier confinement pour mettre en avant le département dans lequel je vis et je travaille, le département des Yvelines. J’ai décidé d’ouvrir le club 78 qui est un réseau d’influenceurs et de communicants pour aider les commerces de proximité mais aussi les collectivités », précise-t-elle sur Instagram.

Une équipe disponible gratuitement

« Pendant le confinement, moi et mon équipe d’influenceurs du 78, nous nous rendons disponibles pour apporter toute notre aide aux commerces et aux collectivités », explique Carine Arasa. Ce réseau met à disposition gratuitement des commerçants et des collectivités qui le veulent, les services de l’agence. « Je propose aux commerçants qui le souhaitent de réaliser de petites vidéos, avec des interviews où ils expliquent ce qu’ils proposent, ce qui est mis en place », détaille l’entrepreneure au site actu.fr.

Ces vidéos sont ensuite partagées sur le compte Instagram dédié. Ils peuvent également être relayés par les créateurs de contenu qui ont décidé de participer au projet. La photographe Claire Gindre et les instagrameurs Melogommette et Papagommette font partie de l’aventure. L’objectif pour ces prochaines semaines est d’aller solliciter les commerçants pour qu’ils participent au projet. « Le bouche-à-oreille fonctionne. Le Département, la Chambre de commerce suivent ce projet. Les commerçants que je rencontre sont plutôt contents car ils retrouvent aussi une sorte de lien de proximité », conclut Carine Arasa.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.