Press "Enter" to skip to content

Les influenceurs acceptent-ils l’amplification de leurs contenus?

Influence marketing. Depuis plusieurs semaines, Reech a dévoilé une nouvelle fonctionnalité et les équipes ne jurent que par ça: l’amplification media. Lorsque l’annonceur réalise une campagne de marketing d’influence, il est également encouragé à avoir recours à la publicité pour donner plus de visibilité à ces contenus. « C’est une vraie tendance de l’influence marketing. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’elle devienne de plus en plus importante », martèle Guillaume Doki-Thonon, cofondateur de Reech.

L’entreprise spécialisée en marketing d’influence a d’ailleurs consacré une partie de son étude annuelle à ce sujet. Plus de 1400 créateurs de contenu ont donné leur avis. 8% d’entre eux affirment que leurs publications ont régulièrement été amplifiées au cours de ces derniers mois durant l’un de leur partenariat. En 2020, ils sont près de 45% à y avoir déjà eu recours. Mais tous n’acceptent pas, comme en témoignent les 2% qui ont toujours refusé jusqu’à présent.

L’amplification oui, mais à certaines conditions

Pourquoi? Certainement pour plusieurs raisons et la principale est de ne pas avoir la main sur cette fonctionnalité. Autre problème qu’ils peuvent rencontrer: est-ce qu’amplifier un de leurs contenus ne va pas leur porter préjudice pour la suite? Par exemple, Instagram aurait intérêt à rendre leurs publications moins visibles pour qu’ils continuent d’avoir recours à la publicité. Enfin, Reech précise que l’influenceur doit toujours être notifié de l’envie d’un annonceur d’opter pour cette stratégie. Ça va notamment faire évoluer la tarification de la collaboration. Ils sont 62% à être partants s’ils sont rémunérés en plus. Pour 63% des répondants, il faut que cette amplification apporte une contre-partie aux créateurs de contenu, notamment celle de pouvoir agrandir leur communauté.

Du côté des marques, celles ayant déjà tenté l’aventure semblent combler. Sarah de Henau est responsable RP, influence et Social Media chez Philips. Pour le guide des tendances 2021 de Kolsquare, elle partage son retour d’expérience. « Pour une marque, y avoir recours présente plusieurs avantages. Les impressions et les taux d’engagement sont multipliés par 3 voire par 4. En plus de ces bons chiffres, utiliser la publication d’un KOL humanise la communication, ça profite à la marque puisque l’on sera plus tenté d’y porter attention qu’une publicité de l’entreprise. L’amplification est un choix à faire selon la campagne menée », précise-t-elle. « Pour Philips, il a été intéressant d’amplifier des publications sur des produits comme le purificateur d’air qui coûte un certain budget. Mais il me semble moins pertinent de le faire pour des produits d’une valeur de 50 euros ou moins. Je pense que l’on sera obligé de continuer d’y avoir recours et de ne presque plus réaliser de campagnes 100% organiques. C’est donc à double tranchant. Il faut voir quels sont les objectifs et les KOLs sollicités. »

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.