Ce collectif de consommateurs va porter plainte contre des « influvoleurs »

Ce collectif de consommateurs va porter plainte contre des « influvoleurs »

Influenceurs. Les placements de produits des influenceurs sur les réseaux sociaux ont un objectif. Permettre aux marques de gagner en visibilité auprès d’un certain groupe de consommateurs pour qu’ils achètent par la suite. Ce type de collaborations s’est popularisée avec les années, si bien que sur quasiment toutes les plateformes, il ne se passe pas une heure sans qu’un partenariat ne soit publié. Mais certaines fois, ces collaborations ne se terminent pas de la meilleure des manières.

Le Collectif AVI (aide aux victimes d’influenceurs) s’est créé en juin 2022 pour venir en aide à ces utilisateurs qui se sont fait abuser. À la suite d’un partenariat vu sur le compte d’un créateur, ils ont commandé le produit. Problème: il n’est jamais arrivé, il est arrivé mais dans un mauvais état ou alors, il ne correspond pas du tout à la description qu’ils en ont eu. Pour les aider, cette association qui réunit des centaines de consommateurs, souhaite lutter contre ces « inflovuleurs », principalement des stars issues de la télé-réalité.

Une centaine de plaintes déposée en même temps

Après avoir fait des remous sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, le collectif compte saisir la justice. Il va prochainement déposer plainte relative aux NFT Animoon et au Trading Blatagang. Le premier est une escroquerie au NFT mis en avant par certains influenceurs issus de la télé-réalité. Le second est un groupe imaginé par Marc Blata pour réaliser des placements trading, encore une fois mis en avant sur des comptes de personnalités. « En lançant ces recours, le Collectif AVI souhaite mettre en garde le public (jeune et moins jeune) sur les dangers des promotions de certaines stars sans scrupule, pointer la passivité des plateformes, souligner l’impuissance des institutions et encourager d’autres procédures identiques », précise l’association.

Pour lutter contre ces deux projets, une centaine de plaintes contre X seront déposées en même temps le même jour. « Des enquêtes, enrichies par de nombreux noms et pièces, devraient être ouvertes, pour escroquerie et abus de confiance, contre les différents protagonistes de ces projets. Parmi lesquels se trouvent M. Marc Blata (de son vrai nom, Marc Oceane Singainy Tevanin) et Mme Nadé Blata (Nadira Brik Chaouche) résidant à Dubaï », indique le communiqué de presse. L’association est entourée du cabinet Ziegler & Associés, pour mener cette action en justice. C’est la première fois en France qu’un collectif de consommateurs a recours à la justice pour dénoncer les agissements de certains influenceurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.