Les influenceurs santé, ces vulgarisateurs au succès fou sur TikTok

Les influenceurs santé, ces vulgarisateurs au succès fou sur TikTok

Influenceurs. Savez-vous ce qu’est un « fruitrurgien »? Si vous n’avez jamais rencontré ce terme, c’est normal, il n’existait pas avant que Robin Goncet n’arrive sur TikTok. Cet étudiant en sixième année de médecine décide un beau jour en plein confinement, de se lancer sur l’application de ByteDance. Sa passion? La chirurgie. Pour la partager au plus grand nombre et vulgariser au mieux son métier, le créateur de contenu n’a pas de meilleure idée que de se dire: « et si je réalisais des interventions chirurgicales sur des fruits et des légumes? » C’est de cette manière que l’on peut retrouver sur son compte, des vidéos de pastèques pour illustrer le don d’organes ou encore l’opération d’un anévrisme sur un melon, en compagnie d’Olivier Véran, porte-parole du gouvernement.

En France, Robin Goncet fait partie d’une catégorie de créateurs de contenu qui prend de plus en plus de place sur les réseaux sociaux. Ce sont les influenceurs santé. Pour les accompagner, notamment sur la partie partenariat, RCA Factory a lancé son offre « Influence For Health » en janvier 2022. Pour la cinquième année consécutive, l’agence a organisé ce 11 octobre près des Champs Elysées, sa soirée consacrée à ces influenceurs qui n’en ont pas fait leur métier. @Delphremy, @Stomiebusy, @elies.zm ou encore @Robin_Goncet étaient présents pour venir parler de leur travail sur Instagram et sur TikTok. Chacun à leur niveau, ils se donnent un objectif bien précis.

Que partagent ces influenceurs santé sur les réseaux sociaux et pourquoi le font-ils?

Robin Goncet, le fruitrurgien, trouve pertinent de publier des vidéos divertissantes sur des sujets sérieux. « La transmission de connaissances est hyper importante. J’essaie aussi de rassurer les utilisateurs sur ce que sont nos hôpitaux en France pour montrer que ces endroits ne sont pas aussi froids qu’ils n’y paraissent », précise-t-il sur la scène. Même si le sujet dont il parle semble assez niche, il interroge finalement pas mal de monde. « J’ai beaucoup de personnes qui me disent que grâce à mes vidéos, elles comprennent l’intervention qu’elles ont subie ou visualisent mieux ce qu’un de leur proche a vécu », poursuit-il.

Pour Juliette, alias Stomie Busy, être présente sur les réseaux sociaux a pour objectif de « dédramatiser et de montrer le quotidien avec une stomie. Je souhaite informer en faisant lever tous les tabous que l’on peut avoir à ce sujet ». Parler de sa situation en ligne permet finalement à sa communauté de se sentir moins seule. C’est également ce qu’a ressenti Delphine Rémy après avoir commencé à publier son propre contenu. La podcasteuse a eu le cancer du sein. Avec son émission audio « Naître princesse, devenir guerrière », elle part à la rencontre de ces personnes qui ont vécu la maladie. « Je veux que les gens se sentent moins seuls, qu’ils se sentent entendus et compris. J’ai vraiment envie de toucher les coeurs par ces témoignages », confie-t-elle.

De son côté Yvana (@Vanouu_v) a commencé à s’exprimer sur Instagram après avoir appris qu’elle avait le cancer du sang. En parler ouvertement sur son compte personnel était une manière pour elle d’avertir tous ses proches. « C’était une façon de prévenir les autres et leur dire que je ne voulais pas de regards peinés. Petit à petit, j’ai eu besoin de raconter ce que je vivais pour éviter de répondre aux questions une à une. J’ai vu que ça faisait du bien aux personnes qui me regardaient également ». Puis, au fil du temps, ce sont des inconnu.e.s qui ont suivi son quotidien et sa communauté n’a cessé de grossir.

Quels sont les partenariats pour les influenceurs santé?

Même si leur nombre d’abonnés ne cesse d’augmenter, aucun des créateurs de contenu présents ne vit pleinement de son activité sur les réseaux sociaux. C’est un plus qu’ils font sur leur temps libre. Les collaborations sont donc bien choisies et répondent souvent à un même objectif: vouloir sensibiliser au plus grand nombre. Robin Goncet a récemment travaillé avec l’Agence de la biomédecine pour parler du don d’organes. Delphine Rémy a collaboré avec Pierre Fabre pour parler du rôle d’accompagnant avec son mari. Alice (@Alicgros) est quant à elle devenu ambassadrice Fitness Park 2022. « Je réalise beaucoup de campagnes de sensibilisation avec des laboratoires et des associations. Je créé aussi des illustrations pour égayer les supportes de communication autour de la santé », précise Juliette, qui est illustratrice.

Parmi ces influenceurs santé, il est possible de retrouver des professionnels. @Tuglma est pharmacienne. @elies.zm est infirmier. Leur statut ne leur permet pas de s’associer à une marque et de faire la promotion d’un produit. Leur statut les autorise seulement à s’associer avec l’une d’entre elles pour parler d’un sujet de santé. Par exemple, si Sephora sort un nouveau shampoing, il leur est possible de réaliser un live sur la santé des cheveux. C’est pourquoi la majeure partie de leur prise de parole reste encadrée et vise à transmettre une information. Ils ne multiplient pas les partenariats, mais les choisissent minutieusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.