Ce faux partenariat avec des influenceurs a été inventé pour une bonne raison

Ce faux partenariat avec des influenceurs a été inventé pour une bonne raison

Influence marketing. En France, l’ARPP veuille à ce que les créateurs de contenu et les marques respectent un code déontologique. Il y a quelques années, l’équipe avait réalisé une campagne de marketing d’influence pour alerter l’ensemble des acteurs du secteur lorsque les règles ne sont pas respectées. En Belgique, l’organisme qui a décidé de jouer ce rôle est SPF Économie, un service fédéral belge. Et l’équipe a également choisi de réaliser un projet aux côtés d’influenceurs qui a fait grand bruit.

Durant une semaine en ce mois de mars, huit créateurs de contenu ont travaillé avec l’organisme. Il s’agit de Timothy Mudiayi, Vinz Kanté, Daniela Prepeliuc, David Antoine, Zoé Galliaerdt, Jaël Ost, Dorien Reynaert et de Yara Desmet. Ils ont chacun réalisé un placement de produit pour le site Hypebrand, en mettant en avant les bonnes affaires présentes dans le domaine de la beauté, la mode ou encore les jouets. Puis, au fil des jours, les influenceurs, tout comme leurs communautés, ont vu les dysfonctionnements arriver. Pour partager leurs mauvaises découvertes, ils ont pris la parole ouvertement sur leurs réseaux sociaux.

Alerter aux dangers de la contrefaçon, l’objectif de ce partenariat

L’honnêteté de ces personnalités du Web a été saluée par quelques-uns de leurs abonnés, mais ils savaient très bien ce qu’ils mettaient en avant. En réalité, ce site n’existe pas. Le partenariat n’en est pas réellement un. C’est la SPF Économie qui a tout manigancé pour faire passer de vrais messages. Ainsi, en partageant leurs derniers coups de coeur, ils en ont profité pour alerter leurs communautés au sujet de la composition des produits dans la beauté, le risque d’explosion d’outils électroniques ou encore l’asphyxie avec certains jouets. Le but est d’alerter les utilisateurs des réseaux sociaux âgés entre 15 et 24 an sur les produits de contrefaçon.

« Nous rêvons tous d’une offre qui semble trop belle pour être vraie. C’est humain. En revanche, le fait que des escrocs s’en servent avec empressement est absolument répréhensible. Par conséquent, regardez toujours très attentivement ce que vous achetez et où, vérifiez la fiabilité à l’aide de références et consultez la politique de retour. Vous éviterez ainsi de perdre votre argent et de vous retrouver avec des articles contrefaits. Et ne vous y trompez pas: ce qui semble trop beau pour être vrai l’est souvent”, confie Eva De Bleeker, secrétaire d’État à la Protection des consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.