Selon Made.com, l’influence marketing s’essouffle

Selon Made.com, l’influence marketing s’essouffle

Influence marketing. Il y a quelques mois dans les couloirs du métro, il était possible de découvrir la YouTubeuse « Coucou les girls » sur les affiches de Made.com. Il était possible également de retrouver sur les murs du pop-up store d’EnjoyPhoenix à Lyon le nom de l’enseigne. Natacha Birds a quant à elle pu créer une fresque pour mettre en avant sa sélection déco. Des exemples de collaboration entre Made.com et les influenceurs sont nombreux.

Pourtant, le magasin d’ameublement ne mise plus trop sur les créateurs de contenu ou du moins, fait évoluer sa manière de collaborer avec eux. C’est ce qu’a laissé entendre Lauren Spearman responsable de la défense des marques pour l’enseigne.

Le 5 février dernier, elle s’exprimait lors de l’événement Mediatel Future of Brands à Londres. Lors de son interlocution, Lauren Spearman est revenue sur le terme d’influenceurs qui, en interne, risque d’être modifié pour aller dans le sens de la nouvelle stratégie marketing du groupe.

Des clients qui deviennent ambassadeurs

Dorénavant, Made.com privilégie les relations sur le long terme avec les créateurs de contenu. De cette manière, les clients seraient plus réceptifs à leur communication que lors d’un simple placement de produits. « Nous devons réfléchir à la façon dont le client verra ce contenu. S’ils voient qu’il y a eu une relation ou une construction à long terme, ils sont beaucoup plus susceptibles d’apprécier ce contenu, d’y trouver une résonance et de nous considérer comme une marque », a-t-elle précisé lors de l’événement.

C’est pour cela que les équipes veulent modifier la signification du terme influenceur pour Made.com. Il s’agira dorénavant de clients réguliers qui partageront leur décoration d’intérieur et leur inspiration sur les réseaux sociaux. Ces publications sont une belle opportunité pour le magasin d’ameublement de toucher une cible qui cherche des conseils sur Internet avant de se lancer dans un achat. « Lorsque nous pouvons influencer par la crédibilité et la confiance, c’est beaucoup plus puissant », conclut Lauren Spearman.

Mais cette stratégie n’est pas nouvelle. En février 2019 dans Les Echos, Philippe Chainieux directeur général de Made.com depuis 2016, expliquait que certains clients, sans être influenceurs, devenaient des ambassadeurs de la marque. « Nous ne les rémunérons pas, mais nous leur adressons régulièrement de la marchandise pour avoir leur retour », détaillait-il. Ils sont ensuite invités à donner leur avis sur le site.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.