Press "Enter" to skip to content

Sur Twitch, faut-il s’inquiéter de voir des streamers perdre leur calme?

Twitch. « Je n’en peux plus de cette saison. Qu’est-ce qui s’est passé pour que ça ressemble à ça ». Ce sont les mots de Sardoche, un streamer très suivi sur Twitch pour ses live sur League of Legends ou Dofus. Le joueur français est aussi connu pour ses sauts d’humeur après une défaite. Ce 29 octobre, il a éclaté en sanglot après avoir perdu une partie. Sur Twitter, certaines personnes de sa communauté se sont inquiétées d’un tel comportement, ça n’est pas la première fois, et évoquent le mot « burn out‘.

C’est loin d’être le seul streamer à se donner en spectacle de cette manière. Sur YouTube, de nombreuses compilations ont été réalisées. On peut y voir des joueurs perdre leur sang froid après avoir perdu. Certains, comme Sardoche, crient devant la caméra et vont se défouler hors champs en tapant sur un mur. Et ce type de vidéos se comptent par centaines. Faut-il donc s’inquiéter de voir des streamers, parfois très suivis, se mettre dans des états pareils?

Les streamers en burn out ?

Certains gamers comme Sardoche en France ou encore Ninja au niveau mondial, on fait de leur passion leur métier. Ils gagnent leur vie en réalisant des live sur Twitch pendant qu’ils jouent à League of Legends ou encore Fortnite. Quotidiennement, ils restent en direct plusieurs heures. En France, il n’est pas rare de suivre un streamer entre 3 et 5h voire plus. Ninja avait évoqué en 2018 ce besoin d’être connecté tous les jours de peur de perdre des abonnés. Une situation qui l’avait peu à peu mené à un burn out. La fatigue, le stress et la déception d’avoir perdu une partie peut amener certaines personnes à perdre le contrôle. Mais tout n’est pas forcément lié à un état dépressif.

Selon Milan Hung, psychologue clinicien, ces situations de colère ne sont pas anodines, surtout quand le joueur s’est donné un certain objectif. « Dans le cas d’un joueur qui s’énerve, ce qui ressort de ce comportement est la colère évidemment, mais aussi de la frustration en réaction à l’objectif personnel qu’il s’était fixé. Quand on n’obtient pas ce qu’on souhaite, on est confronté à sa propre impuissance face à la situation, et cela nous fait réagir de manière unique selon les personnes. Dans l’exemple du clip de Sardoche qui s’énerve hors caméra, on peut supposer que c’est de la frustration contre lui, une dépréciation de soi liée à sa performance dans sa partie de League of Legends qui l’anime », détaille-t-il à la rédaction.

Le principal intéressé s’est d’ailleurs déjà expliqué à de multiples reprises. Ses excès de rage lui permettent de souffler un bon coup après une partie et de passer directement à autre chose ensuite. Il doit « extérioriser », comme il l’écrit sur Twitter. « Je suis entier. Il y a du mauvais, il y a du bon. Il faut arrêter de croire que j’ai besoin d’un psy. Dans ma vie, ça va très bien. Quand je me laisse aller comme ça, après je suis tellement détendu. C’est un giga antidépresseur pour moi. Ça me détend de ouf », avait expliqué le streamer dans l’émission Popcorn où il est aussi chroniqueur.

Des vidéos vues des milliers de fois

Pour prouver que cet état émotionnel se retrouve chez beaucoup de joueurs, il suffit de se pencher sur le nombre de vues des vidéos relayant ces situations. Elles ont parfois été visionnées des centaines de milliers de fois. De nombreuses compilations ont aussi vu le jour sur YouTube. « Il y a toute une communauté de joueurs de jeux vidéo qui se reconnaissent dans cet état de frustration lorsqu’ils ne parviennent pas à atteindre leur objectif de performance. C’est une des caractéristiques d’une pratique gamer du jeu vidéo que de vouloir être meilleur au point que cela en devienne un enjeu, certes virtuel, mais qui reste bien réel », souligne Milan Hung.

C’est pourquoi ces clips sont vus des centaines de milliers de fois et relayés à foison. « Il y a un plaisir à partager cet état émotionnel qui est rassurant presque, du fait que ces personnes se sentent moins seules face à des réactions qui peuvent paraître excessives », poursuit Milan Hung. Le psychologue apporte d’autres hypothèses sur le pourquoi ce type de contenus est visionner de nombreuses fois. Il permet à des joueurs de rejeter le fait qu’ils peuvent se retrouver dans la même situation. Enfin d’autres personnes peuvent simplement être en demande de vidéos chocs. Ces dernières répondent à leurs attentes. Si de nombreuses personnes peuvent se retrouver dans ces excès de colère, celles qui se répètent en gêne tout de même plus d’un…

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.