Ces YouTubeurs ont demandé un « contact humain » avec YouTube, ils vont l’avoir

Ces YouTubeurs ont demandé un « contact humain » avec YouTube, ils vont l’avoir

YouTube. « Nous voulons entretenir une relation personnelle et non anonyme avec la plateforme. » Au début du mois d’août, les 23.000 membres de la « YouTube Union » s’étaient rapprochés du syndicat allemand, IG Metall. C’est ainsi que le collectif « Fairtube » est né.

Ces milliers de vidéastes, avec à leur tête Joerg Sprave, avaient formulé différentes revendications à destination de la plateforme de vidéo. Ces créateurs de contenu demandaient notamment un contact direct avec YouTube, plus de transparence vis-à-vis de la monétisation ou encore une meilleure rémunération pour les petites chaînes. Dans leur liste figurait aussi la fin du programme « Google preferred » qui permet aux annonceurs de cibler des vidéos à forte audience.

Le collectif Fairtube laissait la filiale de Google revenir vers lui avant le 23 août. Passée cette date, les avocats du syndicat IG Metall étaient prêts à la poursuivre en justice. Il ne faudra pas en arriver jusque là puisque la plateforme leur a répondu.

Aucune revendication accordée mais une rencontre organisée

Dans un mail, YouTube précise avoir entendu les revendications des vidéastes mais ne répondra pas favorablement à leur demande. « Nous avons expliqué en détail au syndicat ce que YouTube fait en termes de transparence et de soutien pour les YouTubeurs. Mais nous avons aussi dit clairement que nous n’allons pas négocier leurs revendications », détaille un porte-parole de la plateforme.

Malgré ce refus de s’incliner devant leurs revendications, Google Allemagne a répondu à une de leur demande: une rencontre sera organisée entre YouTube et Fairtube. La plateforme de vidéo est prête à « discuter de certaines questions fondamentales sur l’avenir du travail ». Le syndicat a accepté.

Lors d’une interview accordée à CNET, Jörg Sprave se dit satisfait de ce premier retour. « Nous ne leur avons pas demandé de s’incliner devant nos revendications, mais seulement d’entamer des pourparlers. C’est ce qu’ils ont fait, alors notre campagne nous satisfait jusqu’à maintenant. Nous avons bien sûr beaucoup de travail devant nous ».

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.