Press "Enter" to skip to content

Les 6 tendances des réseaux sociaux en 2021 repérées par We Are Social

Réseaux sociaux. En 2021, les regards pourraient encore être tournés vers TikTok. Selon App Annie, l’application de ByteDance aurait toutes ses chances pour dépasser le milliard d’utilisateurs dans le monde, actif chaque mois. Qu’en est-il du reste des réseaux sociaux? Après une crise sanitaire, quelles vont être ces tendances à avoir en tête pour bien démarrer l’année?

Le 5 novembre dernier, We Are Social a partagé son avis sur le sujet. L’étude réalisée par Mobbie Nazir, Chief Strategy Officer du groupe, dévoile 6 tendances pour l’année 2021.

Le retour au partage simple et sain

Avec le confinement, les créateurs de contenu sont revenus à la base de leur métier: partager sur des thématiques qui les intéressent depuis leur salon. « Avec le confinement, je trouve que le mot « influence » reprend vraiment tout son sens. Ces dernières années, on était un petit peu trop tombé dans « l’influenceur star », un peu toujours à des events, un peu toujours à des voyages presse, toujours avec des gens connus, toujours en train de se faire reconnaître dans la rue. On était vraiment devenus je trouve inaccessible et en fait ce n’est pas ça », confiait Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, il y a quelques mois.

Pour illustrer cette tendance, Socialbakers prend l’exemple de la thématique « jardinage » sur TikTok. Adam Cotorceanu y a ouvert un compte pour y parler de son amour pour les plantes. Il y publie des vidéos les mettant en scène ou évoquant des conseils pour les cultiver dans des vidéos simples mais agréables à regarder.

@dirty_roots_berlin##plants ##fungi ##fyp ##foryou ##plantlover ##plantsoftiktok ##urbanjungle ##plantdad ##indoorplants ##rootporn ##roots ##livingsoil♬ Mycorrhizae – Dylan Welch

Le « militantisme de salon »

Les utilisateurs des réseaux sociaux, avec la crise sanitaire, ont cherché à s’engager davantage en créant des groupes d’entraide. Les créateurs de contenu s’inscrivent également dans cette mouvance en s’exprimant sur des sujets de société comme le coronavirus ou le mouvement Black Lives Matter. Les réseaux sociaux, en plus d’être un espace pour se divertir, deviennent également le lieu où l’on s’informe sur ces thématiques. Ils aident à l’éducation de certains sujets de société.

Les plus jeunes y ont trouvé un espace où faire entendre leurs voix. Des groupes se sont créés pour notamment dénoncer le racisme aux États-Unis ou pour encourager à aller voter le 3 novembre dernier. Pour les marques, ces prises de position sont importantes à appréhender. En collaborant avec un créateur de contenu, elles ont la possibilité de s’engager avec lui sur un sujet en particulier.

Des relations plus intimes et plus « humaines » sur Internet

La crise sanitaire a obligé les Français à vivre chez eux pendant plusieurs mois. Pour garder un lien avec leur communauté sur les réseaux sociaux, les créateurs de contenu ont rusé. Certains comme HolyCamille ont choisi d’ouvrir un profil sur Telegram pour discuter sur un groupe avec les abonnés qui le souhaitent. Les sujets abordés sont positifs pour contrebalancer avec les actualités qui nous parviennent aux oreilles chaque jour. Plus de 1000 personnes ont rejoint le mouvement.

D’autres ont opté pour les directs. Sur Instagram, Facebook ou encore YouTube, cette fonctionnalité leur a offert la possibilité d’échanger pendant quelques heures en direct avec leur communauté. L’idée s’est montrée concluante puisque certains comme ceux de Sissy Mua enregistrent en moyenne une présence de 60.000 personnes.

Pour personnaliser leurs interactions et les rendre plus humaines, des réseaux sociaux comme Facebook ont imaginé un emoji « care ».

Suivre quelqu’un pour son engagement

S’abonner à un compte Instagram aujourd’hui ne se fait pas seulement en regardant le feed d’un utilisateur. Son engagement envers une cause est plus particulièrement scrutée pour savoir s’il partage les mêmes valeurs que nous. Pour permettre aux personnes sur les réseaux sociaux de suivre un compte fiable, la page Glassdoor Influencer a été pensée à Singapour. Il s’agit d’un profil Telegram et Instagram pour les évaluer.

Les communautés s’attendent à ce que les personnalités du web prennent position sur un sujet de société. C’est de cette manière qu’elles ont été nombreuses à évoquer la situation des Ouïghours. Les marques sont également invitées à prendre position, certaines l’ont déjà fait. Fortnite a imaginé une série d’événements pour parler de la pauvreté. Chipotle a collaboré avec la star de Queer Eye Karamo sur TikTok.

Des plateformes sociales qui évoluent

Avec la montée en puissance des prises de position sur les réseaux sociaux, les plateformes ne servent plus seulement à partager du contenu divertissant. Elles jouent également un rôle important dans l’éducation sur des sujets de société. Pour permettre aux utilisateurs de s’exprimer librement, de nouvelles fonctionnalités ont émergé. Tiktok a créé l’outil de live, celui d’Instagram dure désormais 4h.

Les carroussels sont très sollicités sur Instagram pour notamment y partager des contenus textuels. Des comptes spécialisés dans l’information y ont recours pour informer quotidiennement leur communauté. En France, Hugo Décrypte a choisi ce format pour animer son profil. Plus de 30.000 personnes s’abonnent chaque mois. Cette envie soudaine de consommer des contenus différents sur Instagram s’explique notamment par le vieillissement des utilisateurs. Selon Damien Landesmann, vice-président EMEA de l’agence Socialbakers, les premières personnes à s’être inscrites sur Instagram ont aujourd’hui 10 ans de plus et n’ont pas les mêmes centres d’intérêt. Les événements de ces derniers mois, les ont poussés à suivre l’actualité autrement.

Du partage et des collaborations

Avec l’arrivée de TikTok sur le marché français, les challenges ont été remis au goût du jour. Les utilisateurs comme les marques peuvent en lancer un avec une vidéo et un hashtag. Cette tendance a donné des idées à certains annonceurs qui appellent leurs clients à se filmer avec un de leur produit pour le republier ensuite sur la page officielle de la marque. Des créateurs de contenu passent le même appel. Léna Situations a par exemple créé plusieurs hashtags pour permettre à sa communauté de lui montrer ses idées de looks. Ces contenus étaient souvent partagés à la fin de ses vidéos.

Dernièrement, Socialbakers a repéré d’autres actions similaires. Charli XCX a discuté avec ses fans via Zoom pour écrire son dernier album. Sur TikTok, Dua Lipa recherche un talent créatif pour son prochain clip vidéo grâce au hashtag #DuaVideo.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.