Press "Enter" to skip to content

Pour attirer les influenceurs, les plateformes multiplient les annonces sur la monétisation

Influenceurs. Plus le temps passe, plus TikTok gagne en notoriété et ne change pas ses objectifs. L’application souhaite attirer le plus grand nombre d’utilisateurs, comme en témoigne une nouvelle fois sa dernière communication. Le réseau social propose aux personnes déjà inscrites de parrainer leur entourage et de gagner 5 euros. Cette offre est valable jusqu’au 30 juin 2020. Ni Instagram et ni YouTube n’avaient jusqu’alors imaginé un tel processus pour faire venir de nouveaux créateurs.

Si les deux plateformes n’ont pas opté pour la même stratégie que TikTok, elles rejoignent l’application sur un point. Au cours de ces derniers mois, ces réseaux sociaux ont multiplié les annonces de monétisation. Devant une aussi grande concurrence, pas question de laisser partir les créateurs de contenu qui animent les communautés ni les annonceurs grandement intéressés par les profils de ces influenceurs.

Pour y voir un peu plus clair sur les propositions de chacun, voici dans les grandes lignes ce que chaque application propose en matière de monétisation.

YouTube, la première forme de monétisation

Le système de monétisation de YouTube existe depuis 2007. Il propose aux créateurs de contenu de récupérer une partie de l’argent investi par les annonceurs dans les publicités apposées sur leur vidéo. Ces derniers obtiennent 55 % des revenus publicitaires et YouTube conserve les 45 % restants. Au fil des années, ce programme a évolué et a laissé place à de nombreuses offres.

Aujourd’hui, une chaîne doit compter 1000 abonnés minimum et enregistré 4000 vues pour être éligible au programme qui regorge de fonctionnalités pour gagner de l’argent. Le vidéaste peut ainsi gagner de l’argent via l’adhésion à la chaîne, le super chat ou encore la vente de produits dérivés. Cela ne signifie pas pour autant que les YouTubeurs peuvent se dégager un salaire convenable. Certains multiplient les placements de produits sur la plateforme ou sur les autres réseaux sociaux.

Instagram passe à la vitesse supérieure

C’est de cette manière qu’Instagram a su attirer de nombreux créateurs de contenu désireux de multiplier leur source de revenus. Sa popularité attire toujours de plus en plus d’annonceurs qui investissent sur la plateforme. Cependant, le réseau social ne partage pas ses revenus avec les influenceurs. Cette situation devrait évoluer puisque Instagram a récemment annoncé plusieurs fonctionnalités pour aider les utilisateurs à monétiser leur contenu.

La première, et pas des moindres, concerne les IGTV. Lancé en 2018, ce format permet aux créateurs de contenu de partager des vidéos de plus d’une minute. Les utilisateurs vont désormais pouvoir monétiser ce contenu grâce à des publicités. Pour le moment, cette option est en test avec plusieurs créateurs de contenu avant de se déployer dans un premier temps aux États-Unis. L’offre de monétisation va également s’étendre aux lives. Devant le succès fulgurant de cette fonctionnalité durant l’épidémie de coronavirus, le réseau social a développé un « badge » où les abonnés peuvent donner un pourboire.

Enfin, l’application a également annoncé être en phase de test de l’outil « Shopping from Creators ». Elle permettra aux influenceurs et aux marques de taguer directement le produit qui est mis en avant dans leur publication. Un nouveau moyen de développer le système d’affiliation.

Justin Osofsky, COO d’Instagram, a également laissé entendre qu’Instagram pourrait proposer encore plus de fonctions de monétisation dans les mois à venir.

TikTok, encore en pleine réflexion

Si pour le moment TikTok se concentre davantage sur le nombre d’utilisateurs, la plateforme commence à tester des systèmes de monétisation. En début d’année, aux États-Unis et en Europe, l’application à tester la publicité sur le contenu des influenceurs, comme le fait déjà YouTube. Pour le moment, TikTok n’a pas précisé le pourcentage reversé aux créateurs ni à combien ce placement sera facturé, ni même si les essais se sont montrés concluants. Selon des informations dévoilées par Digiday, la plateforme récupérerait 80% du revenu, les 20% restants iraient aux influenceurs.

Il y a quelques semaines, l’application annonçait le lancement d’un bouton « shop now ». Ce dernier s’afficherait directement sur le contenu des créateurs. Autre preuve que TikTok travaille sérieusement sur la monétisation: le réseau social a lancé à la fin de l’année dernière la Creator Marketplace. Il reste maintenant à savoir quand toutes ces fonctionnalités seront lancées.

À côtés de ces trois applications, il faut également compter sur Byte. Dès son lancement, son co-fondateur Dom Hofmann, imaginait déjà un système de rémunération à destination des créateurs de contenu. Mais pour le moment, aucune de ces plateformes ne se démarque par une offre innovante et qui sorte de l’ordinaire. Elles reproduisent dans un premier temps ce qui a fait le succès de YouTube.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez notre chaîne YouTube
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.