Press "Enter" to skip to content

George Floyd: les influenceurs doivent-ils en parler?

Influenceurs. Le 25 mai dernier, la police de Minneapolis a interpélle George Floyd, suspecté d’avoir utilisé un faux billet de 20 euros dans un magasin local. L’Américain de 46 ans a été arrêté par plusieurs policiers dont Derek Chauvin. Ce dernier a posé son genou sur son cou pendant 8 minutes et 46 secondes, un geste qui l’a tué.

Le décès de George Floyd a donné lieu à de nombreuses protestations dans le monde entier contre les violences policières et le racisme. Une vague de soutien a également déferlé sur les réseaux sociaux avec notamment le #BlackOutTuesday, une journée où créateurs de contenu, médias et autres personnalités n’ont rien partagé sur les réseaux sociaux mis à part un carré noir pour soutenir le mouvement Black Lives Matter.

Des influenceurs frileux mais qui ont pris position

En France, de nombreux influenceurs se sont exprimés sur cette tragédie sur Instagram notamment. En stories ou dans de longues légendes, ils ont pris position en partageant un carré noir sur leur profil. « Si toi aussi ça te paraît inhumain, injuste, écœurant de voir qu’on peut appliquer des différences, considérer que la simple pigmentation d’une peau peut justifier une différence de considération, tu n’es pas obligé de faire un grand discours, mais le hashtag et les pétitions sont là. Ne pas se manifester sur un sujet pareil c’est cautionner malheureusement, prendre part à la volonté de ceux qui ne souhaitent pas de changement et se cachent », a écrit Chakeup mardi dernier. Même les influenceurs virtuels ont choisi de s’exprimer. Selon le site Virtual Humans, 35% d’entre eux ont partagé un contenu en lien avec George Floyd.

Mais certains d’entre eux semblaient frileux à l’idée de s’exprimer sur un sujet aussi important. « Depuis quelques jours, j’avais peur de parler. Peur de dire des bêtises, peur de ce qu’on allait me dire ou que mes propos soient mal exprimés », expliquait le YouTubeur Théo Gordy sur Instagram. Pour les inciter à prendre la parole et à informer leur communauté sur ce qu’il se passe actuellement, d’autres créateurs de contenu ont été virulents face à ceux qui n’ont rien dit. La YouTubeuse Manon Dairing, alias Dairing Tea, les a dénoncés dans une stories la semaine passée. « Comment peut-on rester silencieux sur un sujet qui touche la vie de millions de personnes? », s’est-elle ainsi interrogée. Sur Twitter, des abonnés ont également partagé leur incompréhension face à ceux qui se taisaient. « Ils savent l’impact que leurs paroles peuvent avoir sur les gens donc pourquoi ne rien dire sur l’une des causes qui doit peut-être leur tenir le plus à coeur? Bref, je ne comprends pas pourquoi ils ne disent rien », commente une internaute.

Des dérives malgré tout

Si certains ont choisi de ne pas participer au mouvement sur les réseaux sociaux pour des raisons qui les regardent, d’autres ont eu peur des retombées de leur prise de position. Parler d’un sujet aussi épineux pour la première fois de façon maladroite, les freine souvent. « Il est compliqué d’aborder des sujets polémiques. Les influenceurs peuvent facilement être accusés de récupération », confie à Les Echos Guillaume Doki-thonon, le fondateur de Reech. Pourtant, les communautés des créateurs de contenu ne semblaient pas être là pour juger un faux pas. Au contraire, elles encourageaient les créateurs de contenu à s’éduquer sur le sujet tout en prenant position. EnjoyPhoenix a d’ailleurs utilisé ces mots dans une légende d’un post Instagram lors du Black Out Tuesday: « Comme beaucoup, je prends ce temps pour m’éduquer ».

Comme toujours, tous ne semblent pas s’être remis en question. Plusieurs influenceurs se sont ainsi démarqués par leur comportement inappropriés. À Santa Monica, une instagrameuse a demandé à une personne qui barricadait son magasin de poser avec elle avant de repartir en voiture. Une autre s’est prise en photo en plein rassemblement contre les violences policières et le racisme avec une pancarte alors qu’elle ne défilait pas dans le cortège.

Ces comportements opportunistes ont été pointés du doigt alors que les posts de créateurs de contenu peu habitués à prendre position sur un sujet si polémique ont été salués.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.