Cette campagne d’influence marketing signée Aldi ne s’est pas déroulée comme prévu

Cette campagne d’influence marketing signée Aldi ne s’est pas déroulée comme prévu

Influence marketing. #AldiPoorestDayChallenge. La journée du 24 janvier a été qualifiée de « jour le plus pauvre de l’année ». Après les fêtes de fin d’année, les consommateurs feraient des économies tout au long du mois de janvier. Pour rebondir sur cette actualité et en profiter pour faire une jolie publicité à la marque, l’équipe britannique d’Aldi a décidé de mettre en place une campagne de marketing d’influence. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu…

Ce projet avait pour but de démontrer « l’esprit d’unité et la facilité avec laquelle vous pouvez nourrir votre famille avec des repas sains, équilibrés et abordables, du « jour le plus pauvre de l’année » au jour de paie ». Pour montrer que chez Aldi, le client peut faire ses courses avec trois fois rien, l’entreprise a fait appel à une créatrice de contenu et de lui donner un challenge. La blogueuse Natalie Lee, plus connue sous le pseudo Style Me Sunday, a décidé de relever ce défi.

https://www.instagram.com/p/B7sXkxUpsYE/

Une campagne maladroite

Pendant une semaine, l’influenceuse devait nourrir sa famille avec seulement 25 livres. Tout son périple a été documenté sur Instagram en précisant qu’il s’agissait d’une collaboration. « Aldi m’a mise au défi de nourrir ma famille de 4 personnes pendant toute une semaine, petit déjeuner, déjeuner et dîner pour 25 livres pour voir si c’est possible. Janvier est probablement le mois le plus difficile de l’année financièrement pour la plupart des gens », explique-t-elle sur le réseau social.

Si certains de ses abonnés l’ont encouragé à continuer ce défi, d’autres ont très mal réagi trouvant le challenge « offensant ». L’instagrameuse Gylisa Jayne a commenté la publication de Natalie en la qualifiant de « fausse pauvre pour des conneries de clics ». D’autres utilisateurs ont aussi fait part de leur point de vue via le hashtag #AldiPoorestDayChallenge.

Un porte-parole de chez Aldi s’est exprimé sur BuzzFeed quelques jours après ce bad buzz. « À Aldi, nous sommes extrêmement fiers du travail que nous avons accompli pour démocratiser l’accès à une nourriture saine et abordable. Notre campagne avait pour but d’offrir des conseils pratiques sur la manière dont les personnes peuvent faire avec peu d’argent », tient-il à préciser

Cette campagne a été l’occasion pour certains créateurs de contenu d’alerter leurs collègues sur les dérives du secteur. Les influenceurs ont « des règles à respecter et, de façon réaliste, ils doivent réfléchir soigneusement lorsqu’ils acceptent un partenariat rémunéré », a ainsi partagé une instagrameuse.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.