Press "Enter" to skip to content

Quand les marques de beauté utilisent le jargon des réseaux sociaux pour plaire

Réseaux sociaux. Snap, Instagram… ces plateformes inspirent plus qu’on ne le pense. La beauté et la haute couture sont les deux secteurs en France qui consacre une grosse part de leur budget à des campagnes de marketing d’influence, selon une récente étude publiée par Rakuten Marketing.

Les contenus en rapport avec ces deux thématiques sont très nombreux sur les réseaux sociaux. Par exemple, Instagram répertorie plus de 1,3 million photos avec le hashtag #beauté. C’est d’ailleurs sur cette même plateforme que les services marketing et produit puisent leur inspiration pour vendre et confectionner les nouveaux produits.

Le teint glowy

Dernièrement, les posts avec des selfies sans aucun maquillage se succèdent sur Instagram. L’objectif est de faire passer un message à sa communauté: acceptez-vous comme vous êtes, peu importe les défauts. Pour qualifier ces nouvelles pratiques, de nouveaux termes sont apparus, comme par exemple, « glow », utilisé depuis des années déjà. Ce verbe anglais signifie « briller ». Pour arborer ce teint lumineux avec les pommettes légèrement rosées, il faut être en bonne santé tant au niveau psychologique que physique.

Pour arriver à ce teint si parfait sans en faire des tonnes, certaines marques ont sorti des produits reprenant le terme « glow ». Ainsi, chez Erborian  il est possible de se procurer la crème de jour, « Glow crème », qui permet d’avoir un teint frais qui « joue avec la lumière ». D’autres sociétés ont carrément repris le terme pour leur nom. Glamglow, créée en 2010, commercialise des produits de beauté pour « capturer la lumière ». Des offres qui ont un coût: les crèmes sont vendues en moyenne 40 euros le pot.

glamglow

Les noms des produits de beauté

Si ces nouveaux termes attirent une clientèle différente misant sur la transparence et sur un style de vie plus healthy, les Millennials restent une catégorie à chouchouter pour les marques de beauté. Qu’est-ce qui intéresse les trentenaires, voire les plus jeunes? Les réseaux sociaux. Pour cela, certains produits n’hésitent pas à reprendre des termes très 2.0.

En janvier dernier, Maybelline a dévoilé son nouveau mascara, le « Snapscara ». Un nom qui fait raisonne évidemment avec l’application Snap très répandue chez la jeune génération. La promesse de ce produit est qu’il se retire facilement avec de l’eau chaude. Une promesse qui raisonne avec ce que permet de faire le réseau social dans son nom: une image qui se retire facilement sans qu’on ne fasse aucun effort puisqu’elle disparaît au bout de 24h.

maybelline

Maybelline n’est pas la seule marque à avoir pensé un nom en rapport avec les réseaux sociaux. Dermacol a aussi surnommé d’une manière très particulière l’un de ses mascaras. Il s’agit du « Selfie » qui promet de donner un effet faux-cil.

Les exemples se suivent et vont certainement se multiplier au cours des prochaines années si les réseaux sociaux restent sont autant utilisés qu’aujourd’hui.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *