Press "Enter" to skip to content

3 influenceuses s’associent à l’ARPP pour rendre le métier plus professionnel

Marketing d’influence. « Les créateurs deviennent de plus en plus informés ». Le jeudi 23 mai lors d’une soirée organisée à La Fabrique Générale à Paris, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (l’ARPP) a présenté son Observatoire « Marketing d’influence: les bonnes pratiques ».

L’organisme a analysé 500 campagnes réalisées par des agences de marketing d’influence partenaires (Reech, We are social, Fuse, Agence des médias sociaux…) sur le second semestre 2018 pour mettre en évidence les mauvais réflexes des créateurs de contenu lors de publication sponsorisée. L’objectif est de les aider et de mieux les informer sur ce qui est légal ou non.

Pour que ce travail soit mieux compris par les influenceurs, l’ARPP a dévoilé une campagne de communication sur son compte Instagram le jeudi 23 mai dans la journée. L’organisme, en partenariat avec Reech, s’est inspiré de la campagne anti-addictologie avec Louise Delage pour promouvoir le site Addict Aide. La jeune parisienne avait ouvert un compte Instagram où sur chaque publication apparaissait une bouteille ou un verre d’alcool. Une manière de montrer ce qu’il ne fallait pas faire.

Trois influenceuses

Epaulée par trois YouTubeuses, Malaury Davis, Fautosh et Fannyfique, l’ARPP a mis en image sur son compte Instagram, les bonnes et les mauvaises pratiques. Que ce soit pour présenter une bougie, un produit miracle ou même une voiture, l’organisme demande à ce que le partenariat rémunéré soit explicitement précisé dans le post.

View this post on Instagram

👆🏼Le bon exemple ! 📸 @fautosh

A post shared by ARPP (@arppub) on

View this post on Instagram

👆🏼Le bon exemple ! 📸 @malaurydavis

A post shared by ARPP (@arppub) on

View this post on Instagram

👆🏼Le bon exemple ! 📸 @fannyfique

A post shared by ARPP (@arppub) on

Pour Malaury Davis, participé à cette campagne de communication a du sens. « Si un influenceur qui travaille avec l’ARPP peut montrer la voie aux autres qui jouent avec ces pratiques, je préfère que ça soit moi ». Pour Fautosh, ces préconisations vont aider à rendre le métier de plus en plus professionnel. « Ca me fait plaisir de mettre en avant ce type de contenu, de servir d’exemple, d’influencer sur ce domaine pour que notre métier soit de plus en plus reconnu ». Enfin, pour Fannyfique, la transparence envers sa communauté est primordiale. « Aller dans le sens de plus de transparence avec les gens, ça me parle! ».

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *