Press "Enter" to skip to content

Shera Kerienski accusée de racisme, elle s’explique sur YouTube

YouTube. Depuis plusieurs jours, le nom de la YouTubeuse Shera Kerienski est en top tweet sur Twitter. Ces dernières semaines, la créatrice de contenu fait face à une vague de messages concernant d’anciens commentaires qu’elle a partagés entre 2012 et 2014 sur les réseaux sociaux. Elle y parle crûment des communautés noires en utilisant les termes de « singe » ou encore de « négros ». Une ancienne vidéo où elle réalise un blackface (une autre où elle s’excuse pour cette dernière est toujours disponible sur YouTube) est aussi pointée du doigt.

En pleine éducation sur le racisme après la mort de l’Afro-américain George Floyd, ses messages ne passent pas. Elle ne s’était pour le moment pas encore prononcée à ce sujet mais ce 16 juin, l’influenceuse a publié une vidéo sur YouTube dans laquelle elle « souhaite rétablir la vérité » et « répondre à l’acharnement que je subis sur les réseaux sociaux en ce moment, depuis 2017 sur Twitter ».

Des justifications qui ne conviennent pas

Dans ce contenu plus de 20 minutes, la créatrice de contenu tente de se justifier après ces messages jugés « choquants » par de nombreux internautes. Ces tweets qualifiés de « racistes » ont été échangés avec des amis. « On était entre noirs et arabes et c’est comme ça qu’on se parlait à l’époque. Les gens qui sont nés dans les années 90, vous allez très bien comprendre », détaille-t-elle dès les premières minutes de sa vidéo. Mais ses explications ne suffisent pas à calmer les internautes. Ils sont encore nombreux sur Twitter à ne pas comprendre les messages de la YouTubeuse.

La YouTubeuse a souhaité s’exprimer à ce sujet maintenant après avoir reçu de nombreuses menaces de mort. « Si j’étais une personne plus faible, je me serais peut-être suicidée », se confie-t-elle. Shera Kerienski espère qu’avec cette vidéo, les commentaires vont se calmer. « Je vais continuer à aider ma communauté à s’éduquer, à apprendre, à en savoir un petit peu plus sur le racisme », conclut-elle. « Dorénavant, j’apporterai des réponses par voie judiciaire à toutes les personnes utilisant mon image ou des propos sortis de contexte pour me diffamer, me harceler, proférer des menaces de mort ou autres », partage-t-elle en pleine vidéo.

Mais cette mise en avant médiatique n’est pas passée inaperçue auprès de sa communauté, des autres créateurs de contenu et des marques. Selon une rumeur (nous avons contacté la marque qui ne nous a pas encore répondu), Undiz a mis un terme à sa dernière collaboration avec la YouTube. Elle avait créé une collection capsule de maillots de bain avec l’enseigne. « Plein d’influenceurs étaient contents de voir que ça m’arrivait, car ça faisait une concurrente en moins. Je le sais, parce que je l’ai entendu ! Beaucoup de masques sont tombés en 2017 et beaucoup de masques tombent maintenant. Je sais à qui j’ai affaire, je sais qui est content de mon malheur », analyse-t-elle.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.