Press "Enter" to skip to content

Influenceurs, agences et marques se sont réunis pour élaborer une Charte d’éthique du marketing d’influence

Influence marketing. « Pour une influence plus responsable ». L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (l’ARPP) s’était réunie avec plusieurs agences spécialisées dans le marketing d’influence en mai dernier . Après avoir échangé quelques temps avec ces différents acteurs, l’organisme a présenté son guide des bonnes pratiques pour communiquer sur Internet avec l’aide des créateurs de contenu. Il était notamment pointé du doigt ces nombreuses collaborations qui n’étaient pas présentées comme des partenariats.

Plusieurs mois plus tard, une initiative similaire a vu le jour. En mars dernier, le Conseil d’Administration de l’agence WOÔ, l’Atelier des Influences, a décidé de créer « un Comité d’éthique » et de mettre en œuvre une Charte de déontologie qui garantit une totale transparence des actions ». Cela s’est traduit par une publication d’une charte éthique du marketing d’influence en ce début d’année. Contrairement au document réalisé par l’ARPP, cette Charte a pour objectif de mieux encadré les campagnes d’influence de leur élaboration à leur mise en ligne.

Un label « influence éthique »

Le document concerne donc autant les créateurs de contenu que les agences et aussi les marques. Trois articles sur les six ont été écrits et sont destinés à chacune des parties. Le premier concerne les annonceurs. Intitulé « Engagement des marques », il se compose de cinq points: respect des collaborateurs, mode de sélection des influenceurs (il leur est demandé de ne pas se fier seulement au nombre d’abonnés dans leur prise de décision), respect du planning de la campagne publicitaire et respect du contenu. Les marques signataires de la Charte s’engagent à ce qu’au moment de leur prise de contact avec un créateur ou une agence, il soit spécifié clairement les objectifs de la campagne, le budget ou encore à n’apporter aucune modification au brief une fois validé par tout le monde.

Le second article se nomme « Engagement des Agences » et se concentre davantage sur la mise en place d’une campagne. Il est composé de trois parties: transparence budgétaire, application rigoureuse des guidelines et confidentialité. En signant, l’agence s’engage à soumettre un brief à l’influenceur, a évoqué le budget de la campagne dès le début des négociations, à simplifier les échanges entre les créateurs et les marques ou encore à ne pas communiquer d’informations réunies lors de précédentes collaborations.

Enfin, le dernier article se concentre sur l' »Engagement des influenceurs ». Authenticité, loyauté et bonnes moeurs sont ainsi mises en avant. Le créateur de contenu s’engage notamment à ne pas publier trop de contenus sponsorisés (surtout des produits concurrents à la marque durant la collaboration) et certifie ne pas avoir eu recours à l’achat de faux abonnés.

Cette Charte est ouverte à tous. Elle a pour objectif principal de « rassembler tous les acteurs du marché ». En signant le document, les personnes pourront afficher le label « influence éthique » sur leur communication.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.