Press "Enter" to skip to content

leLIVE de Webedia, ce qu’il faut retenir une semaine après le lancement

YouTube. Ça devait être l’événement de ce début d’année. Ce fut le cas mais certainement pas comme certains le souhaitaient. Le 3 février dernier, Webedia lançait son émission sur le Web intitulée « leLIVE« . Diffusée du lundi au vendredi de 17h à minuit, le projet réuni des dizaines de créateurs de contenu, humoristes et présentateurs. Au total, l’entreprise va publier 50h de programmes par semaine avec 16 émissions différentes.

Pourtant, au mois de décembre la promesse était toute autre. « leLIVE » devait être une émission diffusée 24h sur 24, 7 jours sur 7. C’est d’ailleurs encore inscrit sur le site. Si ce souhait de Webedia n’a pas pu être réalisé, d’autres ont été déçus par autre chose. Certains internautes ont été très nombreux à s’être exprimés sur les réseaux sociaux. Que faut-il donc retenir de ce projet d’envergure une semaine après son lancement?

Une première ratée

Le 3 février à 18h, Webedia le voile sur cette émission. Mais pour cette première diffusion, tout ne s’est pas passé comme prévu. Sur le hashtag dédié à l’émission sur Twitter, #leLIVE, de nombreuses personnes ont commenté en direct et listé tous les problèmes techniques qu’il y a pu y avoir. Ça a commencé par un décalage entre le son et l’image, des insultes gratuites lancées en plein direct sans oublier le bannissement du live sur Twitch, là où l’émission peut y puiser une grosse part d’audience. Le chat a lui aussi été fermé alors que le groupe promettait une interaction avec les animateurs.

À côté de ces problèmes techniques, plusieurs spectateurs ont soulevé le fait que certaines personnalités invitées sur le projet n’avaient pas l’habitude des codes internet. De cette manière, Kevin Razy a été déconcerté plus d’une fois face au chat. Mais il semblait de plus en plus à l’aise au fil des jours.

Un casting titanesque

Kevin Razy n’est évidemment pas le seul animateur de « leLIVE ». À ses cotés, il est possible de retrouver Agathe Auproux, Norman, Cyprien, Sindy ou encore les tout jeunes vidéastes Inox et Michou. Pour être sélectionné, le casting a semble-t-il été très long si l’on en croit la créatrice de contenu Sauvane et les Internets. « En juillet 2019, j’ai été contactée pour un entretien chez Webedia pour discuter d’un gros projet sur lequel on me veut absolument », commence-t-elle par écrire sur Twitter.

En réalité, elle se retrouve à passer une première audition entourée d’un réalisateur, puis d’une seconde avec une dizaine d’autres créateurs de contenu. « Pendant deux heures, il a fallu défendre son bout de gras pendant un débat imposé, être capable de prendre la parole sans couper qui que ce soit, donner un avis constructif, interagir avec le chat », se souvient-elle.

Après l’avoir fait patienter des mois durant, Sauvane apprend par une connaissance que le casting est terminé et que les animateurs ont été choisis depuis longtemps. La vidéaste se dit aussi étonnée de voir si peu de femmes à l’écran.

Le coupe de gueule de Squeezie

Sauvane et les Internets précise également que les personnes qui ont créé « leLIVE » se sont plus focalisées « sur qui présenterait plutôt que comment ». Un avis que rejoint également Squeezie. Le 6 février dernier sur Twitch, le YouTubeur a exprimé librement ce qu’il pensait de cette émission. « Ce ne sont pas les équipes qui puent la merde, c’est lié à une gestion qui pue la merde. Pourquoi? Parce que ce projet est tenu par des gens qui ne connaissent rien, qui ont juste envie de faire des thunes, qui n’ont aucune passion donc forcément c’est le bordel et ça donne lieu à des lancements catastrophiques comme ça », s’emporte-t-il durant le live sur la chaîne Aorus.

Il a poursuivi son analyse en précisant que ce « qui fait vraiment chier dans l’histoire c’est qu’il y a eu beaucoup beaucoup d’argent investi dans ce projet ». Pour le créateur de contenu, avec un budget similaire et une personne passionnée aux commandes, le résultat n’aurait pu être que meilleur. Squeezie a également parlé brièvement de bots qu’auraient pu être utilisés durant les lives pour faire gonfler le nombre de vues.

Le 7 février, Kevin Ramzy et ses chroniqueurs sont revenus sur cette vidéo de Squeezie en essayant de se justifier et de faire taire la rumeur sur l’utilisation de ces robots. L’animateur est plutôt serein quant à la tournure du projet. Thierry Boyer directeur de ce nouveau média l’est lui aussi et n’a pas caché ses ambitions. Dans un entretien disponible sur Puremedias, il espère que « leLIVE » deviendra « un média générationnel » financé par de la publicité et des contenus brand content qui sortent de l’ordinaire pour permettre aux créateurs de laisser libre court à leurs idées. De jolies ambitions pour une nouvelle émission qui cherche encore son public alors que Le Stream, programme de Webedia destiné au milieu du gaming, rencontre un franc succès.

Dans un tweet publié ce week-end, les équipes de leLIVE assurent prendre en compte les commentaires des télespectateurs de cette première semaine pour s’améliorer.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez notre chaîne YouTube
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.