Press "Enter" to skip to content

Avant les élections américaines, de la propagande Trump publiée sur des chaînes YouTube françaises

YouTube. « Faîtes attention, dans le monde il y a des gens qui ne sont pas sympas. » Cette phrase pourrait prêter à sourire, pourtant c’est l’introduction d’une vidéo qui présente les mésaventures d’un vidéaste français. À l’approche des élections présidentielles en novembre prochain, des hackers ont investi la plateforme de vidéos. Leur méthode est radicale pour faire passer un message de propagande.

Le 4 février dernier, le YouTubeur Ipsum, spécialisé dans « les montages humoristiques et les compositions en tout genre », s’est ainsi fait pirater sa chaîne qui réunissait plus de 60.000 abonnés. Impossible pour lui de se connecter et de gérer ce qui y est publié. Elle porte désormais le nom de « Trump breaking news » et des vidéos de Fox News y sont publiés. « Le problème c’est qu’il y avait une vidéo comme ça toutes les 30 minutes. J’ai perdu 5000 abonnés en un jour, partage-t-il dans une vidéo publiée sur son compte secondaire. En fait, les vidéos ce n’était que de la retransmission de Fox News aux États-Unis. »

Des heures de travail perdues

Cette perte d’abonnés n’est pas le seul détail qui le préoccupe. « On est en train de me voler des milliers et des milliers d’heure de travail et je ne peux pas accepter qu’une chose comme ça se fasse », précise Ipsum. Pour vous donner un ordre d’idée, je travaille autant sur ma chaîne YouTube qu’un travail à plein temps, poursuit-il. Ors, je ne suis pas YouTubeur à plein temps. »

Pour tenter de retrouver les accès, il a contacté, en vain, les équipes YouTube. « J’ai essayé d’entrer en contact avec YouTube mais ils sont très compliqués à joindre », relate-t-il dans cette même vidéo. Leur réponse pourrait prendre des mois mais le vidéaste n’est pas le seul dans cette situation. « Je ne suis pas le seul à m’être fait pirater. On est très peu ce qui est assez rare, des chaînes entre 30.000 et 100.000 abonnés », explique-t-il à sa communauté.

Pour éviter de ne perdre trop d’abonnés, il a incité ses abonnés sur Twitter à signaler en masse les contenus publiés à son insu. Résultat, le compte n’est plus accessible. « Ma chaîne n’est pas supprimé, elle est clôturée », tient à préciser Ipsum. S’il arrive à joindre les équipes YouTube et à prouver qu’il en est le propriétaire, il pourrait espérer un jour retrouver ses contenus. Pour l’aider et faire réagir d’autres créateurs de contenu, le #saveIspum a été lancé sur Twitter.

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter 
Abonnez-vous à notre newsletter

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mercredi midi toutes les actualités du secteur du marketing d'influence.